A propos de l'auteur
Professeur émérite des universités, directeur de Dialogia, fondateur de l'Université populaire du judaïsme et de la revue d'études juives Pardès. Dernier livre paru Le nouvel État juif, Berg international, 2015; en hébreu Gvuloth Auschwitz, Resling, 2016.
Le débat sur le caractère juif de l’Etat d’Israël va bon train et les critiques vertueuses ne manquent pas mais le silence le plus total règne étonnement parmi les meilleurs démocrates, sur la situation du côté de l’Autorité Palestinienne qui a produit un projet de constitution définissant l’Etat projeté comme arabe, musulman, palestinien, avec un statut spécial pour « les monothéïstes » (les Palestiniens chrétiens) qui rappelle le statut des dhimmis.
L’ensemble des Etats arabes ou ce qu’il en reste déclare dans leurs constitutions que la Sharia est le fondement de la loi.
Pour lire la suite, voir l’article de Controverses n°7  (février 2008)
Le refus palestinien d’un Etat juif
à l’adresse suivante

PARTAGER